mercredi, mai 30, 2007

La nation turque : Une et indivisible


Blogus, bloga, blogum

La nation turque est basée sur l’idée d’Atatürk qu’aucune minorité ni langue ethnique n’existe en dehors du turc. Durant une courte période elles existèrent, lorsque la Turquie signa le traité de l’Union Européenne pour les droits des minorités durant les négociations pour l’entrée dans l’UE. Les kurdes semblent avoir pensé que l’entrée de la Turquie influerait sur la question kurde. Dans la région kurde, dans l’est du pays, il y eut des manifestations en faveur de l’entrée de la Turquie dans l’UE. En même temps que la gauche européenne s’organisait en groupes de campagne afin de rejeter l’Euro et la constitution, mobilisant d’énormes protestations devant les sommets de l’UE contre ce qui était perçu avant tout comme un projet néo-libéral, la gauche kurde voyait l’UE comme un libérateur potentiel.

Trop de liberté d'expression est parait-il dangereuse. Qu'en est-il pour trop de républicanisme?

vendredi, mai 25, 2007

Arrestations ou enlêvements?

Al Bayane

Après avoir concentré sa campagne contre le Hamas dans la bande de Gaza, l'armée israélienne a arrêté jeudi en Cisjordanie plus de trente responsables du mouvement islamiste, dont un ministre, des députés et des maires.
Les membres du Hamas, parmi lesquels figure le ministre de l'Education Nasseredine Al-Chaër, ont été arrêtés avant l'aube, notamment à Naplouse, dans le nord de la Cisjordanie.

Le gouvernement palestinien a vivement dénoncé ces arrestations, son porte-parole, le ministre de l'Information Moustapha Barghouthi, les qualifiant d'»enlèvements».
Il a appelé la communauté internationale à «intervenir immédiatement pour mettre fin aux crimes commis par l'occupation dans les territoires palestiniens et imposer des sanctions sur Israël, qui viole la loi internationale jour et nuit, au lieu de punir la victime en maintenant le siège imposé à notre peuple».
Le ministre israélien de la Défense, Amir Peretz, a justifié ces arrestations. «Il s'agit d'un message adressé aux branches militaires des organisations terroristes pour qu'elles cessent leurs tirs de roquettes», a-t-il déclaré.


Israël arrète des ministres d'un gouvernement souverain. De deux choses l'une : ou bien le gouvernement Hamas n'est pas souverain, ou bien le terme d'arrestation est abusif.
Pour Israël, pas de surprise, Hamas est une organisation terroriste. Dans 'terroriste' il y a me semble-t-il, le mot 'terreur'. Les Palestiniens bombardés et humiliés jour et nuit, ne sont ils pas térrorisés? A méditer...mais que fait l'armée paléstinienne pour défendre les citoyens et le gouvernement paléstinien? Que peut-elle faire? D'ailleurs, existe-t-elle, l'armée de cette nation avec peuple, gouvernement et président?

Sur le Liban


Ces derniers jours ont vu une résuregence de la violence au Liban. Comme toujours, la question semble être 'qui est derière tout ça?' On peut soit répondre que cela n'est pas important, que la violence est à condamner quelque soit sa provenance, ou on peut chercher à comprendre les origines de cette violence. Non seulement ceux qui en sont directement responsables, ni même simplement ceux qui l'auraient commandité, mais aussi ceux qui par leurs actions et leurs soutiens géo-politiques en sont aussi de près ou de loin (plutôt de près!) responsables. Suivez mon regard... Je ne connais aucun autre journaliste au moyen-orient (par 'connaitre', vous comprenez bien que je n'en ai rencontré aucun, mais vous voyez ce que je veux dire...non?) qui soit aussi honnête, objectif (autant que faire ce peut - ais-je bien employé l'expression?) ni aussi compétent que Robert Fisk, journaliste chez The Independent. Voici donc quelques extraits traduits non par mes soins. Ils ne répondent pas forcément aux questions que l'on peut se poser, mais ils permettent de réfléchir hors du cdre pré-défini par nos médias et politiques consensuels. Et comme d'habitude, cliquez sur les liens pour avoir les textes complets.

Robert Fisk

Eh bien ! M. Siniora a affirmé que c'était une tentative de déstabiliser le Liban — pour le dire gentiment : bien joué ! — et Saad Hariri, le fils de l'ancien Premier ministre assassiné ici il y a plus de deux ans, a dit de ces hommes armés qu'ils étaient des "malfaisants qui avaient détourné l'Islam". Ce même Saad Hariri qui aidait directement — c'est ce qu'au moins un journaliste américain a suggéré dans un article récent, paru dans The New Yorker[1] — à faire passer de l'argent saoudien vers ces mêmes hommes armés. C'est le Hezbollah chiite qui endosse, selon ce scénario, le rôle des méchants, pas le groupe sunnite. Mais Tripoli est la ville sunnite la plus puissante du Liban — si puissante que pas une goutte d'alcool n'y mouille les tables de restaurant — et les hommes et les femmes qui courraient terrorisés hier dans les rues de Tripoli étaient aussi des Sunnites. Alors ! Est-ce que les Syriens ont réellement concocté un "al-Qaïda" au Liban ? Et qui sont ses ennemis ? Les soldats de l'Otan de la force de l'Onu au Sud-Liban, peut-être ? Mais sûrement l'armée libanaise, exactement cette même armée qui a bravement empêché la guerre civile en janvier dernier ? Déjà, en 2000, un groupe du type al-Qaïda avait pris l'armée libanaise en embuscade au Nord-Liban. Etait-ce aussi censé être une intervention de la Syrie ?
Robert Fisk

Il est trop simple d'affirmer que ceci est l'œuvre de la Syrie. La Syrie peut avoir un intérêt à observer cette déstabilisation, voire assister ces groupes avec de la logistique - à travers son réseau de sécurité. Mais d'autres organisations pourraient y avoir trouvé un intérêt commun : les insurgés irakiens, par exemple, voire les Taliban, peut-être également des petits groupes des territoires palestiniens occupés. Voilà comment les choses marchent au Proche-Orient, où il n'y a rien qui ressemble de près ou de loin à la responsabilité - seulement une communauté d'intérêts. Peut-être les Américains auraient-ils appris quelque chose à ce sujet s'ils n'avaient pas insulté les Syriens, il y a deux ans, en les accusant d'autoriser les combattants à entrer en Irak - à partir duquel moment, les Syriens cessèrent toute coopération militaire et de renseignement avec les Etats-Unis.

mardi, mai 22, 2007

Deux vidéos d'un grand psy!

Une analyse de Sarkozy très pertinente ma foi par le psy médiathique Gérard Miller. Suivi de son soutien apporté à Ségolene Royal, rien que pour le plaisir (même si je ne partage pas sa prise de position pour Ségolène)!



L'identité et la haine de soi-une critique du philosophe Bruckner

RAPPEL: SYSTEMATIQUEMENT CLIQUER SUR LES LIENS!

Indigènes de la République


Dénationaliser et décoloniser l’histoire de France
Conférence-débat du Mouvement des Indigènes de la République (IDF) en association avec la Maison Verte
Avec Ze Belinga (Site Afrikara), René Gallissot (historien)

L'hypocrisie de Bruckner
Dailymotion
envoyé par hopto

Critiquer l'histoire sanglante de l'Europe ce n'est ni de la haine de soi ni du 'narcisisme inversé'. Il en va de même pour la critique et le rejet de notre responsabilité envers la souffrance d'une majorité de l'humanité. Il ne s'agit pas de dire que nous en Europe sommes les seuls responsables de l'endettement des habitants du 'sud' ou de la déstruction de l'environnement qui sont parmi les premières causes de la souffrance d'une majorité de l'humanité. Il s'agit encore moins de dire que nous, aujourd'hui, sommes responsables de la colonisation ou de l'esclavage ou que les Européens d'hier étaient les seuls colonisateurs et esclavagistes. Il s'agit, par contre bien de dire que nous en avons profité et que nous continuons à le faire par notre train de vie.
Si nous ne voulons pas prendre nos responsablilités, rien ne nous y oblige, si ce n'est un sentiment de devoir envers autrui et envers nos déscendants. Dans ce cas, il ne sert à rien de rechercher des justifications chez des 'philosophes' qui rejettent cette soi-disant haine de soi sans expliquer en quoi nous et nos ailleuls ne seraient pas en grande partie responsables de la dite souffrance.
Pascal Bruckner, en insinuant que les critiques de l'hégémonie occidentale et etasunienne sont comparables à Le Pen, défend finalement les thèses de Le Pen avec plus de 'crédibilité' que ce dernier du fait de sa fonction de philosophe médiatique issu de 'la gauche'. A savoir, il défend l'idée que l'occidental doit être fier de lui-même. Pour ma part, je ne suis ni fier de moi en tant qu'occidental ni fier d'une quelconque communauté occidentale, européenne ou française. Si je suis fier de moi, c'est pour ce que j'ai accompli au cours de ma vie. Je ne ressens non plus aucune 'haine de moi' lorsque je critique l'occident ou que je fais face à mes responsabilités en tant que citoyen occidental.
L'insinuation que moi ou d'autres seraient des adeptes de l'idée d'une conspiration étasunienne ou occidentale, ne représente en fait qu'une forme de propagande (consciente ou non) de la part d'un porte parole de l'élite au pouvoir. Nous ne prétendons pas qu'il y aurait une conspiration planifiée à la Maison Blanche ni même dans les médias, mais simplement que le Etats-Unis sont (comme aucune personne un tant soi peu observatrice ne le démentirait) la première puissance mondiale, que l'Occident en général représente la minorité la plus riche et la plus puissante du monde, et que de ce fait les intérets de l'élite mondiale minoritaire (les richesses pétrolifaires, de la consomamtion etc.) s'y voient défendus sur le dos de la majorité précaire (pour user d'un euphémisme à la mode!). Notre train de vie a en effet un lien direct avec la pauvreté éxtrème dans laquelle se trouve une majorité de l'humanité, et indirectement avec la souffrance et inévitablement la mort de millions (une estimation!) de nos semblables. Nous, et encore plus les acteurs et représentants de l'élite (pétroliers, grands patrons, médias, politiques etc.) somment de fait des meurtriers (indirectement bien évidemment).

Pascal Bruckner et son interwiever (?!) voudraient nous faire croire que tous ou une majorité des européens critiques de la politique étasunienne, occidentale ou dans un cadre plus précis, la politique israélienne, sont des irrationnels qui glorifieraient le martyre de palestiniens ou qui exigeraient des définitions vagues voir farfelus dans les dictionnaires. Cela ressemble à la médiatisation de quelques poursuites judiciares farfelues aux Etats-Unis (ou ailleurs d'ailleurs!) tels la femme qui s'est brulée avec du café MacDonalds qui poursuit MacDo. Cette médiatisation exagérée n'a pour seul effet que de défendre les MacDos et autres exploiteurs de l'humanité et de la planète. De la même manière, en insistant sur quelques exemples isolés, Bruckner, le porte parole médiatisé du pouvoir défend ce pouvoir. Il ne s'agit pas pour la majorité d'entre nous de glorifier la violence terroriste, mais d'expliquer l'origine et les causes de cette violence et de mettre en lumière la violence terroriste nettement plus importante des puissances occidentales et de leurs alliés tyranniques au moyen-orient comme ailleurs.

Quand Bruckner insinue que les enfants d'immigrés en france qui exigent qu'on les respecte ainsi que leurs croyances et leurs cultures le font au nom de la souffrance passée de leurs ailleuls, il dissimule le fait, pourtant évident pour tous, que ces déscendants d'immigrés souffrent à leur tour justement d'un ostracisme à travers l'assimilation et la xénophobie. Ceux-là continuent à souffir, et non pas les protestants, les albigeois ou les vendéens! Il ne s'agit pas de réparations pour les fautes passées de la France, mais d'une reconnaissance de la souffrance présente d'une partie de la polulation et de notre responsabilité passée et présente pour cette souffrance.

Quand à la complaisance des médias et/ou de l'intelligentsia, Bruckner fait preuve d'une modéstie sensationnelle au sujet de son rôle et de celui de ses pairs (Finkielkraut et autres) ainsi que de leurs hôtes à la télévision, à la radio ou dans la presse. Ils ne sont pas nombreux les gauchistes à la Daniel Mermet!

Et pour finir en beauté, le journaliste (un bien grand mot!) sert sur un plateau d'argent (que j'aime ces hyperbôles!) à son 'cher ami' Bruckner la soupe de la Shoah qui serait LA tragédie de l'histoire à laquelle tous voudraient aspirer. Mââââgnifique!

dimanche, mai 20, 2007

Skepticism!


Les sceptiques du Québec

Quatre hommes visitent l'Australie pour la première fois. En voyageant par train, ils aperçoivent le profil d'un mouton noir qui broute. Le premier homme en conclut que les moutons australiens sont noirs. Le second prétend que tout ce que l'on peut conclure est que certains moutons australiens sont noirs. Le troisième objecte que la seule conclusion possible est qu'en Australie, au moins un mouton est noir! Le quatrième homme, un sceptique, conclut : il existe en Australie au moins un mouton dont au moins un des côtés est noir!


samedi, mai 19, 2007

vendredi, mai 18, 2007

La persuasion/la propagande

Madame Taylor-Scott Hardin défile le long de la 5ème Avenue à New-York en compagnie de somn mari en fumant des "flammes de la liberté"

Alain Griffard

En 1929, Bernays fût contacté par les industriels du tabac qui voulaient gagner la clientèle féminine aux cigarettes en paquets. A l’occasion de la fête nationale, il organisa un événement : une vingtaine de jeunes new-yorkaises tirèrent leur briquet en plein défilé pour allumer puis brandir une cigarette. Bernays avait baptisé l’événement : « torches of freedom ». Fumer devenait l’acte symbolique du combat pour l’émancipation des femmes.

Petite réfléxion sur la liberté d'expression


Est-ce que la protection constitutionnelle de la liberté d'expression aux Etats-Unis comparée à l'interdiction légale en France d'exprimer certaines opinons relève d'une différence culturelle? Relève-t-elle d'une différence historique?

Le fait qu'aux Etats-Unis il est permi légalement de nier l'Holocauste relève-t-il d'un danger? Les Etats-Unis sont elles en danger de plonger dans le Nazisme du fait de cette protection totale de la liberté d'expression? Le danger serait-il plus fort ici que là-bas du fait de notre récente histoire honteuse? Si cela est vrai, pourquoi passons nous plus de temps à parler des résistants français que des collaborationnistes, pourtant plus nombreux? Et si cela est vrai, pourquoi est-il moins dangereux de provoquer gratuitement la colère des musulmans en publiant des caricatures d'un musulman avec une bombe sur la tête? N'avons nous pas un rôle dans la souffrance de musulmans à travers le monde? Il est clair que tout musulman n'est pas un térroriste. Je pense que tout le monde accepte cela. Comment se fait-il alors qu'il soit permi d'insinuer un lien direct entre musulmans et térrorisme? La réponse, c'est la liberté d'expression.
Noam Chomsky, fortement critiqué en France pour sa défense de la liberté d'expression de Robert Faurisson, négationniste notire, explique qu'aux Etats-Unis la liberté d'expression n'est constitutionnellement défendue que depuis les années soixante. En effet, souvenons nous du Maccarthysme. Pour Chomsky, la défense de la liberté d'espression est un héritage, des lumières, de Voltaire, de la France, quoi! Peut-être que Chomsky ne se rend pas compte que le monde a changé, et que la France ne peut (veut?) plus défendre ces valeurs humanistes. Non, la France est réaliste qujourd'hui, elle ne peut plus être la patrie des droits de l'homme.

Entendu sur le répondeur de Là Bas Si J'y Suis

Alors, ça y est, Kouchner a dit oui. Alors qu'on ne lui en veuille pas, parce-que Kouchner, c'est comme Skywalker dans Star Wars (Guerre de étoiles-NDR). Skywalker, il est entré dans l'étoile noire pour l'exploser de l'intérieur. Eh ben c'est ça la vraie mission de Bernard: exploser l'étoile noire de l'intérieur. Alors, après est-ce que Sarko-Vador le laissera faire, c'est toute la question alors réponse bientôt dans la suite du mystère Kouchner.

Nicolas la résistance

Affiche pour la légion Française contre le bolchévisme.

Nicolas Sarkozy voudrait que tout lycéen aprenne la lettre de Guy Môquet, résistant communiste fusillé par les autorités françaises collaborationnistes peu de temps avant la libération.

Pour faire l'apologie de la résistance, encore faudrait-il faire face au passé collaborationniste d'une France réactionnaire, nationaliste et obsédée par une certaine notion de l'identité...
Ce travail de mémoire, nos profs d'histoire (et autres) n'ont pas attendu Monsieur identité nationale pour le faire.

mardi, mai 15, 2007

Gentils, les pauvres...

Rue89

Est-ce bien, comme le décrit Bloomberg, une application au public de méthodes privées? Larry Aber s’en défend. Chercheur à la New York University planchant depuis des années sur les cercles vicieux de la pauvreté, c’est lui qui a attiré l’attention du maire sur cette idée qu’il avait découverte en Afrique du sud. Il ne voit pas les sommes versées comme des primes mais plutôt comme des compensations pour les coûts d’investissement dans des décisions qui ne payeront qu’à long terme. "Pour nous, aller chez le pédiatre, ça prend une demi-heure. Une famille pauvre risque d’aller quelque part avec deux heures d’attente. Et la demi-heure qu’on manquera sur le travail représentera un bien plus petit pourcentage de notre salaire que les deux heures sur le leur." Selon lui, les pauvres "paient plus que nous pour faire les mêmes choses". Ce n’est pas non plus selon lui un système condescendant expliquant aux plus démunis comment se comporter. "Ce n’est pas paternaliste: tout le monde veut la même chose pour ses enfants, mais certains n’en ont pas les moyens."
En gros, au lieu de réduire les inégalités on va jeter quelques cacahuètes aux pauvres. D'ailleurs, comme on le voit plus loin dans l'article (cliquer sur le lien), se seront des bienfaiteurs privés (je pensais Soros plus révolutionnaire que cela) qui financeront. Cela fait penser à l'idée merveilleuse de jeter du fric aux Africains, voire de les 'aider' à se développer, sans se soucier des éffets désastreux qu'ont sur eux notre politique néo-colonisatrice et notre consommation irresponsable sur les pays dits 'en voie de développement' (quand seront ils 'développés'?).
Bien belle chute à l'article, au fait!

On dirait un conte de fées...

Wikipédia

Son grand-père Ciganer est roumain, tsigane (d'où le patronyme de « Ciganer »). Son père, André, est ami de Joseph Kessel, il s'installe à Paris comme fourreur rue François-Ier, puis place Beauvau. Sa mère, Teresita (dite Diane) Albeniz, était espagnole, fille d'ambassadeur belge et petite-fille du compositeur Isaac Albéniz.

Serait-ce de la censure?

Rue89

Dimanche, en début d'après midi, nous avons cherché à joindre Jacques Espérandieu. Nous avons laissé un message sur son téléphone portable. Il a préféré réagir via l'AFP à nos informations.

Il confirme largement la version de Rue89. Oui, il a ordonné de retirer le papier révélant que Cécilia n'avait pas voté dimanche dernier. Oui, il l'a fait après avoir reçu "un certain nombre de coups de téléphone".

Interrogé par l'AFP, le directeur de la rédaction du Journal du Dimanche Jacques Espérandieu a affirmé avoir pris lui-même "la décision de ne pas passer le papier" jugeant que cela relevait de "la sphère privée".

"Samedi matin à la conférence de rédaction, on m'a annoncé un papier sur l'absence de vote de Cécilia Sarkozy. J'ai demandé de façon expresse que cet article soit accompagné d'un coup de téléphone à la principale intéressée", a expliqué M. Espérandieu.

N'obtenant pas de réaction de Cécilia Sarkozy ni de son entourage, M. Espérandieu a ajouté avoir "beaucoup réfléchi", s'être dit qu'il s'agissait de la "sphère privée" et que "le vote est une affaire personnelle".

"J'ai donc décidé de ne pas passer ce papier et j'en ai averti l'auteur de l'article", a-t-il assuré, ajoutant avoir "eu un certain nombre de coups de téléphone de gens insistant sur le côté très privé et très personnel de l'information".

"C'est moi qui ai pris la décision de ne pas passer le papier, j'assume totalement en mon âme et conscience", a encore dit Jacques Espérandieu.

Jacques Espérandieu conteste par ailleurs que l'article qu'il a retiré relatait de "vifs échanges" au sein du couple, le jour du second tour, comme nous le mentionnions dans une première version. Dont acte. En réalité, le service politique du journal avait proposé deux articles : l'un devait porter sur ces bisbilles, l'autre sur le non-vote de Cécilia Sarkozy. Espérandieu avait renoncé d'emblée à publier le premier. Mais il a attendu 20 heures pour juger que le vote de la première dame de France relevait, lui aussi, de la vie privée.

P.R.

mardi, mai 08, 2007

8 Mai 1945: Cessation des hostilités en Europe; 8 Mai 2007: Sarkozy sur un Yatcht à Malte

TSR.CH

Venez nombreux!

Enfants de Don Quichotte


Les EDQ Toulouse sont assignés personnellement (les gars et filles du campement et 3 bénévoles) devant le tribunal de grande instance de Toulouse le Jeudi 10 mai 2007 9h30 Place du salin


chef d'accusation : Occupation illégale du domaine public

C'est un jugement en référé, l'appel du jugement n'est pas suspensif

Nous comptons sur votre soutien ce jour là.

Les EDQ Toulouse

lundi, mai 07, 2007

Consigne de post-vote: soutenez les Don Quichotte!



Les Don Quichotte aux mains de la justice

Alors que le TGI doit être saisi aujourd’hui, des tentes ont été replantées hier, sur les allées François-Verdier

Une dizaine de “biens-logés” ont passé la nuit dernière sous la tente afin de soutenir l’association Les Enfants de Don Quichotte dans le bras de fer qui les oppose à la mairie. Car c’est hier soir, à minuit, que prenait fin l’ultimatum lancé par le maire, Jean-Luc Moudenc, leur demandant de lever le campement.

“Si, demain (ce matin, ndlr) et après constat d’huissier, les Don Quichotte sont toujours là, nous saisirons le TGI en référé afin qu’il ordonne la libération du domaine public”, commente-t-on à la mairie.

La consigne est d’éviter l’affrontement à tout prix
La force publique est attendue dans les prochains jours afin de débarrasser le campement. Du côté des Don Quichotte, la consigne est d’éviter l’affrontement à tout prix. Dans le voisinage, ce regain d’activité sur les allées Forain-François-Verdier semble diviser les riverains. Thomas, un professeur qui vit a quelques mètres du campement, a de nouveau planté sa tente : “Avec ma femme, nous sommes prêts à nous relayer tant que des solutions de relogement ne sont pas trouvées pour les sans-abri”, explique-t-il.

Une vieille dame, croisée au pied du monument aux morts, maugrée qu’elle n’a pas trouvé une tente “où était inscrit le mot travail”, tandis qu’une femme de ménage d’un immeuble cossu ne souhaite qu’une chose et le fait savoir : “Vivement qu’ils s’en aillent !”

DES PROMESSES A TENIR

Vote Blanc


Le nouveau président saura-t-il, voudra-t-il, que les ministres de son gouvernement mettent en œuvre les engagements pris pendant la campagne ? Nous l’espérons surtout quand nous relisons la lettre que nous avait adressée en cours de campagne un très proche collaborateur de Nicolas Sarkozy :

« Aujourd’hui, l’UMP, dont je fais partie, a posé clairement le problème. Après une convention sur les Institutions, que j’ai moi-même co-organisée, nous avons statué dans le sens d’une renaissance du vote blanc comme suffrage exprimé. Une profonde réforme institutionnelle doit donc voir le jour au lendemain de l’élection présidentielle. C’est au travers de telles décisions que nous rendrons ses lettres de noblesse à la politique française, ce qu’aujourd’hui Nicolas Sarkozy et toute l’UMP s’efforce de faire. »

Eric Woerth, député UMP